Astor Piazzolla Astor Piazzolla   

Astor Piazzolla, est certainement le musicien qui a le plus déchaîné les passions ! Génie pour les uns, traitre pour les autres, faisant ou non du "tango", créateur d'un nouveau style ou bien d'une nouvelle musique, pendant longtemps aficionados et détracteurs se sont affrontés. Le pire, ce fut le plus souvent en sa terre natale, et plus encore dans le monde des danseurs. Mais l'affrontement entre traditionnalistes et évolutionnistes, entre musique de danse et musique de concert, a toujours existé et a traversé autant le classique que le jazz. Aujourd'hui les passions sont quelque peu retombées et son génie est reconnu par tous. Reste toujours le problème, surtout encore en Argentine, du nom a donner à sa musique. Essayons de mieux comprendre en balayant sa vie et sa carrière.

1.  Enfance et adolescence - Mar del Plata - New-York

2.  Avec Anibal Troïlo - Paris et Nadia Boulanger

3. Astor Piazzolla et le Jazz  - un pont entre deux musiques

4. Un drame et un chef-d'œuvre - Adios Nonino

5. A travers le monde - El Noneto - El Conjunto Electronico

6. ¡Vení, Bailá, Volá! - El Sexteto

7. Fin de vie et début d'un mythe

8.  Résumé chronologique de sa vie et de sa carrière

9. Extraits bibliographique, filmographique, discographique

<

1. Enfance et adolescence entre Mar del Plata et New-York

astor piazzolla enfant mar del plataNé le 12 mars 1921, à Mar del Plata, la vie s'annonçait compliquée pour le petit garçon. En effet, il était né avec un pied bot, une malformation qui consiste en un pied cambré vers l'intérieur et vers le bas. Il a été opéré sept fois et a finalement pu marcher, mais avec une jambe droite plus courte de deux centimètres et nettement plus fine que la gauche. Mais il avait du caractère, et peur de rien ni de personne. L'origine de la famille est italienne, de la région des Pouilles côté paternel, et de Florence, côté maternel. Les quatre premières années d'Astor se passent de façon heureuse à Mar del Plata, la station balnéaire la plus courue d'Argentine, à 400 km au sud de Buenos Aires. Ses parents tienne la boutique de cycles du grand-père, mais aspirent à autre chose.

En 1925, Astor n'a que quatre ans, ses parents décident de partir tenter leur chance aux Etats-Unis, et après un bref séjour chez un oncle dans le New-Jersey, ils s'installent à New-York. Ils y apprennent le métier de coiffeur, et la famille vit dans un quartier très cosmopolite près de "Little Italie", quartier habité en grande partie d'immigrés italiens. Astor va y apprendre l'anglais, et à se débrouiller et à zoner avec les bandes de son âge.

Cette période allait profondément marquer Astor Piazzolla.

En 1928, son père lui offre son premier bandonéon. Il était d'occasion et avait couté 18 dollars. Son père qui écoutait souvent Carlos Gardel et Julio de Caro, décida que son fils allait prendre des cours de musique. Astor Piazzolla qui était sur une mauvaise pente, petits chapardage, vol  l'étalage, et autres délits mineurs (il fut même arrêté une fois par la police), fut probablement sauvé par la décision de son père. Il le fut une seconde fois un peu plus tard dans sa vie...

La crise économique de 1929 mit fin au rêve américain, et la famille Piazzolla dû retourner au pays. En Argentine, touchée également par la crise, la situation politique y est dramatique : le gouvernement d'Hipolito Yrigoyen, venait d'être renversé par une dictature, celle du général José Felix Uriburu. L'Argentine était entrée dans une de ses plus noires périodes, celle qui fut nommée "La décennie infâme". Du coup, un an plus tard, la famille repartit pour New-York.astor piazzolla new-york

Astor a fait de gros progrès au bandonéon. Il commence à jouer, reprend des cours avec Agnès d'Aquila avec qui il avait commencé à étudier la musique lors de son premier séjour, joue de ci de là, se fait renvoyer de l'école publique, prend régulièrement des raclées par son père qui essaye de le cadrer, mais il réussit un premier enregistrement, le 30 novembre 1931, au Radio Recording Studio de New-York : il vient d'avoir 10 ans. Cette période à New-York est très importante dans sa vie, car, allant écouter Cab Galloway et Duke Ellington, il découvrira le jazz, qui par la suite l'influencera fortement. Il côtoie également Bela Wilda, un pianiste hongrois, élève du célèbre musicien russe Sergueï Rachmaninov : la musique classique sera une autre de ses influences. A New-York il est devenu un jeune prodige, on parle de lui dans les journaux. Il joue du folklore argentin et du tango. A droite la plaque apposée sur l'immeuble qu'habitait Astor Piazzolla à New-York.

En 1932, son père l'emmène au cabaret "El Gaucho". Il y rencontre l'argentin Augustín Cornero (à droite sur la photo) et un guitariste péruvien, Miguel Caceres. Ils forment un trio qui joue alors en costumes de gauchos. On les voit tous les trois sur l'image ci-dessous.

trio astor piazzolla new-york      astor piazzolla enfant à new-york

Une anecdote : on dit qu'Astor aurait joué du bandonéon lors de l'inauguration du Rockfeller Center. Il y aurait rencontre Diego de Rivera qui aurait apprécié sa musique. Ils auraient alors sympathisé, et Diego de Rivera, célèbre dans le monde entier comme peintre sur chevalet mais aussi et surtout en peintures murales, lui aurait fait un dessin, qu'Astor Piazzolla aurait gardé toute sa vie. Pour en savoir plus sur Diego de Rivera, regardez le film " Frida" qui relate la vie incroyable de son épouse, Frida Kahlo.

famille piazzolla avec carlos gardel1933, l'idole de Noniño, le père d'Astor, arrive à New-York : il s'agit de Carlos Gardel qui vient pour tourner six films avec ,la Paramount. Noñino, habile de ses mains, sculpte une figurine en bois comme cadeau de bienvenue à l'illustre chanteur, et charge Astor de lui apporter. La rencontre est quelque peu rocambolesque : Astor rencontre dans l'ascenseur de l'immeuble Alberto Castellanos, un des compositeurs de Gardel, qui a oublié ses clés. Il demande à Astor de passer par l'escalier de secours puis par une fenêtre, pour finir, s'étant trompé de chambre, dans celle de Alfredo Lepera, le parolier de Gardel. Mais tout finit bien, Astor peut remettre le cadeau de son père, à Carlos. La rencontre se passe bien et c'est le début d'une amitié entre l'idole et le gamin. Astor Piazzolla, qui connait New-York comme sa poche va ainsi servir de guide à Carlos Gardel qui lui-même ne parle pas anglais. On remarquera sur la photo ci-contre l'aspect quelque peut sévère du père d'Astor. Son côté autoritaire allait encore sauver la mise du gamin turbulent, peu de temps après...

astor piazzolla carlos gardel el dia que me quierasEn remerciement Gardel proposa à Astor de jouer le rôle de "canillita" (vendeur de journaux) dans le film qui consacrerait le Zorzal : « El dia que me quieras » tourné en 1935 (photo à droite). Astor reçut vingt-cinq dollars pour ce travail. Une fois le tournage terminé, les Argentins organisèrent une grande fête où ils ont servi un asado à la criolla et où l'on a joué de la guitare et chanté. Piazzolla s'y rendit et se souvint que Gardel lui avait dit : "Allez, petit, joue la musique d' "Arrabal amargo", et donne tout ce que tu as". Le morceau fut repris la même année dans le film culte de Gardel, Tango Bar.

Depuis 1934, tout s'était arrangé pour la famille Piazzolla : Astor a enfin réussi à terminer le cycle de l'école primaire. Il fait de la natation, de la boxe, et du bandonéon, et est devenu ami avec Carlos Gardel... Du coup celui-ci, qui va entreprendre une grande tournée à travers l'Argentine, le Vénézuela, la Colombie... El niño, le père à la fois sévère et protecteur, s'y oppose et sauve ainsi pour la seconde fois l'avenir de son fils, mais cette fois-ci, il lui sauve la vie ! Peu de temps après, pendant la tournée, Gardel devait mourir dans le crash de son avion à Medelin en Colombie, le 24 juin 1935...

Les piazzollas reviennent en Argentine, mais s'installent cette fois-ci à Buenos Aires

Retour haut de page

2. Avec Anibal Troïlo - Paris et Nadia Boulanger

EN CONSTRUCTION

Retour haut de page

 

8. Résumé chronologique : vie et carrière d'Astor Piazzolla

1921    Astor Pantaleon Piazzolla est né le 11 mars 1921 à Mar del Plata, en Argentine, fils unique de Vicente Noniño Piazzolla

et d'Asunta Mainetti, tous deux descendant d'italiens venus de Trani (région des Pouilles) pour le père, et de Sassorosso (près de Florence) pour la mère.

1925    La famille est partie s'installer à New-York.
1929    À l'âge de 8 ans, son père lui offre son premier bandonéon. Il l'étudie pendant un an avec Andres d’Aquila.
1930    Il retourne avec sa famille à Mar del Plata. Peu après, ils repartent aux États-Unis.
1931    Il réalise son premier enregistrement, Marionete Spagnol, au Radio Recording Studio de New York.
1933    Astor Piazzolla prend des leçons de musique avec le pianiste hongrois Bela Wilda.
1935    Il rencontre Carlos Gardel, avec qui il joue dans le film "El dia que me quieras" dans le rôle d'un vendeur de journaux.
1936    Il retourne avec sa famille en Argentine, à Mar del Plata, où il commence à se produire dans quelques groupes.
1938    A 17 ans, Astor Piazzolla s'installe à Buenos Aires. Il alterne dans divers groupes de second ordre.
1939    Il devient bandonéoniste dans l'orchestre d'Anibal Troilo "Pichuco", qu'Astor reconnaît comme l'un de ses professeurs.
1941    Il commence des études musicales avec Alberto Ginastera.
1942    Épouse Dede Wolf.
1943    Astor étudie le piano avec Raul Spivak.
1943    Naissance de sa première fille Diana, avec Dede Wolf. Début des compositions "savantes" avec la Suite pour cordes et harpe.
1944    Naissance de son fils, Daniel. Il quitte A. Troilo pour diriger l'orchestre typique du chanteur Francisco Fiorentino
1946    Il forme son premier orchestre qu'il dissout en 1949 et avec lequel il commence à développer son élan créatif avec des

compositions et des orchestrations aux critères harmoniques et dynamiques plus importants. Ce tango commence à susciter

les premières polémiques entre les musiciens de tango classique.

1947    Il compose le tango El Desbande, considéré par Piazzolla comme son premier tango en raison de sa structure formelle différente.

Il commence à composer des musiques de film.

1949    Il ressent le besoin de dissoudre l'orchestre, de s'éloigner du bandonéon et presque du tango. Il continue à étudier Bartok

et Strawinski, étudie la direction d'orchestre avec Herman Scherchen, écoute beaucoup de jazz. Sa recherche devient obsessionnelle, à la poursuite d'un style, d'une musique qui n'a rien à voir avec le tango. Astor décide d'abandonner

le bandonéon pour se consacrer à l'écriture et approfondir ses études musicales. Il a 28 ans.

1950/54    Il compose un ensemble d'œuvres qui se démarquent nettement de la conception du tango de l'époque et dans lesquelles il

commence à définir son style : "Para lucirse", "Tanguango", "Preparense", "Contrabajeando", "Triunfal", "Lo que vendra"

1953    Il présente l'œuvre "Buenos Aires" (Tres movimientos Sinfonicos), avec laquelle il remporte le concours Fabien Sevitzky.

L'œuvre est interprétée à la Faculté de droit de Buenos Aires par l'Orquesta Sinfonica de Radio del Estado avec l'ajout
de deux bandonéons et sous la direction de Sevitzky lui-même. Un scandale éclate, dû à l'indignation provoquée dans un certain secteur "cultivé" du public, par l'adjonction de deux bandonéons à un orchestre symphonique.

1954    Astor Piazzolla se rend à Paris, grâce à la bourse qu'il a obtenue au concours Sevitzk, pour étudier avec Nadia Boulanger,

considérée à l'époque comme la meilleure pédagogue du monde de la musique.

1955    Il retourne en Argentine pour former l'Octeto Buenos Aires, qui marque le début de l'ère du tango contemporain :

une formation composée de deux bandonéons, deux violons, une contrebasse, un violoncelle, un piano et une guitare électrique, produisant des innovations en matière de composition et d'interprétation qui rompent avec le tango traditionnel.

1958    Il dissout l'octuor et l'orchestre à cordes et se rend à New York pour travailler comme arrangeur et se produire aux États-Unis,

où il fait l'expérience négative du Jazz-Tango.

1959    En octobre, son père meurt et il écrit son célèbre "Adios Noniño" à New York.
1960    De retour au pays, il crée un autre de ses célèbres quintettes, baptisé "Nuevo Tango"

(bandonéon, violon, basse, piano et guitare électrique)

1963    Première sous la direction de Paul Klecky de "Tres Tangos Sinfonicos" (Prix Hirsch).
1965    Il enregistre deux albums très importants : Piazzolla at the Philharmonic Hall de New York, qui reproduit les œuvres du concert

donné avec le Quintet en mai 1965 dans cette même salle, et El Tango, réalisé avec Jorge Luis Borges.

1966    Astor Piazzolla se sépare de Dede Wolff.
1968    Il commence à travailler avec le poète Horacio Ferrer, avec lequel il compose l'opéra Maria de Buenos Aires.

Il commence à collaborer avec la chanteuse Amelita Baltar.

1969    Avec Ferrer, il compose "Balada para un loco", présenté au premier Festival ibéro-américain de la chanson, où il obtient

un deuxième prix controversé. Cette œuvre a été son premier véritable impact populaire.

1970    Il retourne à Paris, où il compose avec Ferrer l'oratorio El Pueblo Joven, qui est joué à Sarrebruck (Allemagne).
1971    Il forme le "Conjunto 9", qui se produit à Buenos Aires et en Italie, où il enregistre plusieurs programmes pour la RAI.

Cet ensemble était comme un grand rêve pour Astor Piazzolla : l'ensemble de chambre qu'il avait toujours voulu avoir
et où il a peut-être produit sa musique la plus élaborée.

1972    Première représentation au Teatro Colon de Buenos Aires, partagée avec d'autres orchestres de tango.

1973    Il est victime d'une crise cardiaque qui l'oblige à réduire son activité artistique. Il décide de s'installer en Italie, où il entame

une série d'enregistrements qui s'étend sur cinq ans, dont le plus célèbre est "Libertango", une œuvre qui doit être considérée comme sa lettre d'introduction au public européen. Il forme le Conjunto Electronico : un octuor composé d'un bandonéon, d'un piano électrique et/ou acoustique, d'un orgue, d'une guitare et d'une basse électriques, d'une batterie, d'un synthétiseur et d'un violon, remplacé plus tard par une flûte ou un saxophone

 

EN CONSTRUCTION