Accueil Histoire-tango.fr

LES RYTHMES FONDAMENTAUX

 

La musique du Tango Argentin s'articule autour de plusieurs rythmes, du plus simple au plus complexe, empruntant autant aux polyrythmies d'origine Africaines, qu'à des rythmes Européens tels que Valse, Polka et Mazurka, en passant par des rythmes métissés d'appartenance Cubaine, tel que la Habanera . Nous retiendrons d'abord les notions de Cinquillo, de Habanera, et de Candombe, puis étudierons les apports des autres rythmes et leur fusion, pour pouvoir appréhender les notions nécessaires à la compréhension de la musique et de la danse.

 

 

Tresillo et Cinquillo

 

Pour simplifier, Tresillo et Cinquillo sont une manière de faire tenir des rythmes ternaires (chaque temps est divisible par trois), dans des bases rythmiques binaires.

 

Ainsi, à titre d'exemple, le cinquillo inclut cinq notes dans un rythme à quatre temps, avec différentes écritures possibles, et le passage de l'une à l'autre :

 

 Le Tresillo Cubano (à ne pas confondre avec le terme Tresillo en Espagnol qui signifie un simple triollet) et le Cinquillo peuvent se jouer sur deux ou quatre temps, et sont des bases communes à toutes les musiques d'origine noire dans l'ensemble de l'Amérique du Sud et du Golfe des Caraïbes. Ces cellules rythmiques d'origine noire d'Afrique Centrale et Occidentale, sont les bases de la Clave, mais sont aussi présente, quoique rarement, dans la musique européenne. On les retrouve aussi bien dans les musiques purement Cubaines que dans les musiques Colombiennes, certains morceaux de Jazz, et Tangos et Milongas. Rebaptisées 3-3-2, (trois demi temps, trois demi temps, deux demi temps), on les retrouve de Troilo à surtout Piazolla, même si elles restent sous-jacentes dans la plupart des Tangos et Milongas. Toutefois, c'est avant tout une manière de jouer, et ces formules rythmiques n'apparaissent pas forcément dans l'écriture des partitions. Dans le Jazz, cette manière de faire "entrer" du ternaire dans un rythme de base binaire, est une des composantes fondamentale du Swing.

 

 

La Habanera

 

La habanera est une forme musicale aux origines complexes et diverses. On la retrouve, bien sur à Cuba, mais aussi en Espagne dans le Nord comme dans le Pays Andalou, dans les Pyrénées Françaises, et dans les Musiques Nord Africaines de l'Atlas, même si de nombreux musicologues situent son origine dans la Contredanse

 

Elle est caractérisée par une cellule rythmique originale et récurrente, écrite sur deux temps :

 

 

Cliquez pour écouter  

 

Une des plus célèbre utilisation du rythme de la Habanera dans la musique classique est le célèbre passage de la Carmen de Bizet : " L'amour est enfant de Bohème".

 

Cliquez pour écouter       

 

L'amour est un oiseau rebelle
Que nul ne peut apprivoiser,
Et c'est bien en vain qu'on l'appelle
S'il lui convient de refuser.
Rien n'y fait menace ou prière,
L'un parle bien, l'autre se tait,
Et c'est l'autre que je préfère,
Il n'a rien dit mais il me plaît.
Refrain: L'amour, l'amour,
L'amour est enfant de Bohème,
Il n'a jamais jamais connu de loi,
Si tu ne m'aimes pas je t'aime,
Si je t'aime prends garde à toi.

 

Une autre Habanera connue, d'origine Berbère a servi de générique à l'émission littéraire "Des Mots de Minuit". Il s'agit d' "Ana le owerka" disponible sur le CD "Trésor de la musique judéo arabe",  par Lili Boniche, mythe vivant de la musique arabo-andalouse

 

(à acheter absolument !)

 

 

Le Candombe

 

Le Candombe est un rythme d'origine Centre Africaine, utilisé par les noirs d'Argentine et d'Uruguay, pays où il est encore très présent.

 

Sa rythmique de base s'écrit :

  

 

L'analogie de cet ostinato avec celui de l'Habanera est aussi évidente à l'écriture qu'à l'écoute, et il est vraisemblable que ces deux rythmes n'ont eu aucun mal à fusionner, seule la gestion des accents pouvant être différente.

 

 

Les autres rythmes

 

Nombre d'entre-eux participèrent à l'élaboration d'abord de la milonga, et ensuite du Tango. Parmi ceux-ci, on peut citer :

certains rythmes du Baião Brésilien, et la Mazurka, la Scottish et la Polka, fort diffusées en Argentine

 

            Mazurka                                         Scottish                                            Polka simple

            

 

 

Interpénétrations et fusions

 

Si l'on regarde tous les rythmes présents à Buenos Aires à la même époque, les similitudes sautent immédiatement aux yeux. Chaque culture, Française par les danses telles que Mazurka Scottish, Valse et Polka, d'une part, Afro Cubaine (Afrique plus France et Espagne dans la Habanera),  Indienne du Brésil comme le Baião ( qui se transformera en Forro), et enfin purement Africaine avec le Candombe, va pouvoir plus ou moins se reconnaitre dans le rythme des autres, l'adopter, le transformer et finir par donner la Milonga d'abord, le Tango par la suite. Même le vieux Passepied, à la mode à partir de 1650 en France (donc dans le Monde), comporte un rythme assimilable au 3-3-2, et inclue souvent une hémiole dans sa composition rythmique, hémiole ou l'art de faire tenir un rythme ternaire à l'intérieur d'un rythme binaire ou inversement ...

Passepied                                                                                                                 Habanera

         ~ 

3-3-2

ou bien      

Mazurka                                                                                                                           Habanera

            

Baião                                                                                                                               3-3-2

         

Polka     

Habanera  

Candombe                                          On "lie" les deux silences                       Habanera 

              

Etant bien entendu que Habanera et 3-3-2 sont deux structures équivalentes que l'on retrouve dans les Milongas et les premiers Tangos

        ou

 

 

 

Retour haut de page