Marseilletango.fr              Retour accueil

La Fragata Presidente SARMIENTO

Ses voyages en France et son apport à la diffusion du Tango

fragata sarmiento

La Frégate Presidente Sarmiento - Peinture d'Emilio Biggeri - Museo Naval de la Nacion

En préambule à cette étude, divers remerciements se doivent d'être adressés à toux ceux qui ont aidé à sa réalisation, laquelle a nécessité environ trois années, durée nécessaire à la recherche des documents originaux qui en ont été la base.

 

Fragata sarmientoRemerciements chaleureux, donc, et dans l'ordre des consultations effectuées, à la Chambre de Commerce de Marseille, les Archives Départementales des Bouches du Rhône, la Bibliothèque Nationale de France et son site Gallica, le Département Historique de la Marine Nationale Française et les archives de Toulon, le site internet de l'association Histarmar, la Armada Argentina (Marine Nationale Argentine), el Departamento de Estudios Históricos Navales de la Armada Argentina, et la Bibliothèque de l'Université d'Harvard.

Remerciements, également, à mes amies de Buenos Aires, Gilda Gutierrez et Cristina Zugasti,  qui ont immédiatement accédé à ma demande d'aide pour la recherche d'ouvrages, et à Patricia Bessac, qui en a assumé les traductions nécessaires.

Un remerciement plus particulier sera adressé à  El Señor Don Carlos Alberto Zaballa, Capitán de Navío (RS) de la Armada Argentina, actuellement Director de los Buques Museo Fragata ARA “Pte Sarmiento” y Corbeta ARA “Uruguay” (en photo), et qui a eu l'obligeance de bien vouloir répondre à mes différentes demandes d'informations.

Menu

Fragata sarmiento1.    Introduction et précautions d'usage

2.    La Fragata Sarmiento : présentation, construction, histoire générale

3.    Le premier voyage autour du monde, escale à Toulon en 1900

4.    Le 2ème (1901) et le 3ème voyage 1902  -  escales à Brest, le Havre et Cherbourg

5.    Le 4ème (1903) et le 5ème voyage 1904  -  escale à Brest

6.    Voyages 6 (1905) et 7 - l'année 1906

7.    Le 8ème  voyage 1907  -  escales à Brest, Bordeaux et Royan

Suite du menu en Page 2

8.    Le 9ème voyage 1909 - escales à Boulogne, Cherbourg, La Pallice

            Inauguration du monument San Martin à Boulogne

9.    Le 10ème voyage 1910 - Nantes / Le 11ème voyage 1911 - Toulon

10.  Le 13ème voyage 1913 - Toulon / Le 22ème voyage 1924 - Marseille

11.  L'arrivée du tango à Marseille en 1906, une légende sans aucun fondement

           historique, mais qui conduit à formuler de nouvelles hypothèses

12.  Le rôle d'Ambassadeur culturel et de prestige, de la Fragata Sarmiento

13.  Conclusion de l'étude

14.  Courriers officiels et bibliographie - Liens divers

ANNEXE :  "La Argentina" et l'épopée du corsaire et capitaine français, Hyppolite Bouchard

1. Introduction et précautions d'usage

SarmientoPourquoi publier une étude sur ce navire école de la Marine Militaire Argentine dans le cadre d'un opus plus général, concernant le tango ? En fait, circule depuis de nombreuses années, une légende, et qui ne va s'avérer n'être qu'une simple légende, racontant la diffusion dans le port de Marseille, en 1906, de partitions de tango, El Choclo, ou La Morocha, lors d'une hypothétique escale de cette même année. Au fil de l'étude, cette information va se révéler être en totale contradiction avec tous les documents officiels ou journalistiques, concernant les voyages de ce navire. Malheureusement, cette fausse vérité a été reprise, de citations d'ouvrages en citations d'ouvrages, par de nombreux commentateurs, et même des historiens. Les plus prudents, et les meilleurs comme Nardo Zalko, ont mentionnés une " légende " et non une vérité historique, comme on a souvent tenté de leur faire dire. La mention de cette légende n'ayant été, d'ailleurs, que prétexte à introduction de faits, historiques, ceux-là, plus importants aux yeux de ces auteurs. Ils n'avaient ni le temps, ni les moyens modernes disponibles aujourd'hui, pour consacrer des mois à ce qui n'était pour eux qu'une rumeur, marginale quant au thème central de leur œuvre.

Alors si la légende du Sarmiento amenant le tango dans le port de Marseille en 1906, a perdu toute crédibilité, pourquoi consacrer tout ce travail à ce navire ? Comme on va le voir un peu plus loin, non seulement la Fragata Sarmiento a été un formidable ambassadeur de l'Argentine dans le monde,  mais elle a eu aussi, très probablement, un rôle non négligeable, dans la diffusion du tango et de son arrivée à Paris.

Et c'est aussi en tant qu'ancien Capitaine, dans une flotte certes moins glorieuse, mais marin avant tout, que j'ai consacré beaucoup de temps et de moyens pour amener à bien cette étude, non sans avoir été étreint par une certaine émotion, émotion qui me poursuit encore. J'espère qu'après la lecture de ce qui va suivre, vous n'aurez qu'une seule idée en allant à Buenos Aires : visiter El Buque Museo Fragata ARA Presidente Sarmiento !

http://www.ara.mil.ar/pag.asp?idItem=112

2. La Fragata Sarmiento : présentation, construction, histoire générale

SarmientoQui veut connaitre l'histoire de la Fragata Sarmiento, devra, en premier lieu, en chercher l'essentiel dans un livre de référence, écrit en 1931, et dont Mariano de Vedia, avait écrit le prologue : Los Viajes de la "Sarmiento". Pour qui ne connait pas l'importance de ce personnage, il faut noter qu'il fut un haut fonctionnaire de la République Argentine, un de ses législateurs, et un ami personnel du Général Roca, Vice-président de l'Argentine. Il était également éditorialiste et écrivain, mais aussi professeur à l'école de guerre et intendant de la ville de Buenos Aires, entre 1932 et 1938. Sa caution à l'élaboration de cet ouvrage, lui donne une valeur d'authenticité, assez peu contestable. En outre, la lecture de ce livre, fait apparaitre immédiatement au spécialiste, qu'il a été principalement élaboré à partir de témoignages directs et surtout des différents journaux de bord du navire. C'est l'ouvrage de référence, pour qui veut connaitre l'histoire de la Sarmiento.

Mais laissons la parole à El Señor Mariano de Vedia.

" Les amis qui ont mené à terme cette œuvre me font l’honneur de me demander d’en écrire une préface. Ils savent que je suis un passionné de la Sarmiento et peut-être m’ont-ils entendu dire quelques fois qu’il était temps de réunir dans un livre la matière première nécessaire pour écrire son histoire. "  ... "Je parle du bateau originel qui par définition est « le bateau de l’avenir » de notre patrie et je me rappelle la scène de sa première sortie en mer comme si c’était hier. Il était sous le haut commandement de Betbeder, plus tard ministre de la marine. Un bon début pour les voyages suivants. Le général Roca et le commodore Rivadavia assistèrent à son départ, pleins d’émotion. Cette séparation, à laquelle nous n’étions pas habitués, apparut pour beaucoup un déchirement. Surtout pour les familles des cadets qui pleuraient la séparation et se retrouvaient face à l’inconnu. La nation livrait à la furie des océans cette élite de valeureux jeunes hommes, avec les espoirs et les vœux de leur terre et des siens." ... "La frégate Sarmiento existera toujours. Le jour où une frégate Sarmiento ne pourra plus naviguer, une autre prendra sa place, avec la même histoire, avec le même drapeau, avec le même nom. La liste de ses campagnes est trop glorieuse pour que le pays consente à l’interrompre. Les relations qu’elle a tissées dans le monde sont telles qu’on ne pourra jamais y renoncer " ...

" A travers les siècles, la Sarmiento "

Pour lire l'intégral de cette introduction, sa traduction et quelques documents afférents, cliquez sur les imagettes

(la seconde page est la traduction de la première) :

Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento

Fragata sarmientoEn juin 1889,  le navire-école de l'époque, la corvette "Argentina", n'apparut plus à même de remplir les missions, toujours plus exigeantes, de formation des cadets de la Marine Militaire Argentine. Son dernier commandant, le Capitaine Rivadavia, élabora le projet de construction d'un nouveau navire-école, et le soumit au contre-amiral Daniel de Sollier, Chef de l'Etat Major Général de la Marine. Ce projet était fortement étayé par toutes les informations recueillies, durant les voyages du Capitaine Rivadavia, et auprès des responsables des chantiers de construction européens, en particulier, les frères Orlando, directeurs et fondateurs des chantiers navals de Livourne, de Monsieur Laganne, directeur des Forges et Chantiers de la Méditerranée, à Toulon, et de Monsieur Watt, directeur des Chantiers navals d'Arnrstrong, de Mitchell et de Cía., en Angleterre.

Après quelques modifications, commande est passée aux chantiers Laird Brothers, à Birkenhead, près de Liverpool. Reprenant à la fois, le projet d'origine et s'inspirant des caractéristiques générales du célèbre clipper HMS Clive, l'ingénieur Bevis, retint les caractéristiques suivantes :

Longueur : 85 m / Largeur hors membres (au maître-bau) : 13,32 m

Tirant d'eau à la proue : 5,33 m / à la poupe : 5,94 m / median : 5,49 m

Déplacement à pleine charge de combustible : 2 733 tonnes

Type "Clipper" : coque en acier jusqu'à la ligne de flottaison puis en bois de teck, le tout recouvert de plaques de cuivre.

Trois mâts dont le Grand Mât (le mât central) de 50.3 m, le Mât de Misaine (celui de l'avant) de 52 m, le Mât d'Artimont (à l'arrière) de 42,5 m, auxquels s'ajoute le mât de beaupré (tout à l'avant et presque horizontal) de 23,2 m.

Les hauteurs de mâts mentionnées sont celles mesurées au dessus de la quille, et non du pont supérieur.

21 voiles de surface cumulée de 2 230 m2 plus 12 voiles carrées d'appoint d'une surface cumulée de près de 558 m2.

Propulsion par machine à vapeur triple à triple expansion de 1800 CV (chevaux-vapeur) alimentée par quatre chaudières à charbon, 6 soutes à combustible pouvant contenir 348 tonnes de charbon, installation permettant d'atteindre les 13 nœuds (24 km/h) en vitesse de pointe, et  6 nœuds (~11 km/h) en vitesse de croisière.

Fragata sarmiento Fragata sarmientoDeux des chaudières sont françaises, et du type Niclausse, société également connue sous le nom de Société des Générateurs Inexplosibles. Ces générateurs de vapeur de très haute qualité, et réputés pour leur grande fiabilité, équipaient les Marines Militaires Françaises, Anglaises, Américaines, Allemandes, Japonaises, Russes, Italiennes, Espagnoles, Portugaises, Turques, Chiliennes et ... Argentines.

Cliquez sur les imagettes pour les agrandir

Armement principal : 4 canons Amstrong de tir rapide de calibre 120 mm et long de 5,40 m

6 canons de tir rapide de calibre 57, ainsi répartis : 2 de type Amstrong placés sur le château, 2 de type  Hothkiss sur le pont, tirant au-dessus du bastingage, et 2 de type  Nordenfeldt sur la plage arrière. S'y rajoutent, sur le pont, 2 canons de calibre 37  Maxim-Nordenfeldt, ainsi que 2 mitrailleuses  de même marque et de calibre 7,62.

A noter que la description faite dans l'ouvrage "Los viajes de la Sarmiento" fait état de 2 canons de 76 supplémentaires.

S'y rajoutent 3 lance-torpilles aériens de 21 pouces, système "Whitehead", 1 à la proue et 2 en pontée.

Fragata sarmiento  Fragata sarmiento

La ravissante naïade sur la photo de gauche est l'excellente danseuse de tango, Marina Bondarenko

La vie à bord : officiers et équipage

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

Fragata sarmiento

3. Le premier voyage autour du monde, escale à Toulon en 1900

C'est l'ouvrage de référence, "Los viajes de la Sarmiento" qui va nous servir de fil conducteur de ces voyages. Ce premier périple autour du monde commence le 12 Janvier 1899, et se terminera le 30 Septembre 1900, près de 21 mois.

Après avoir navigué dans tout l'Extrême-Orient, Japon, Philippines, Hong-Kong, pour ne citer que ces lieux emblématiques, la Sarmiento arriva en Méditerranée, et, venant de La Spezia, en Italie, touche le port de Toulon, le 8 mars 1900. (Escale prévue le 6, mais arrivée le 8, précision apportée par El Señor Don Carlos Alberto Zaballa).

Fragata sarmiento  Fragata sarmiento Fragata sarmiento A peine deux lignes concernent cette escale, le grand moment du voyage en Méditerranée devant avoir lieu dans le port suivant, Barcelone, avec l'organisation d'une visite des officiers à Madrid.

Il faut alors se tourner vers un autre ouvrage, écrit par un des conscrits présent à bord : "La Sarmiento - Memorias de un conscripto" de José Pio Sagastume.

Il y mentionne un échange de tir de courtoisie entre la Sarmiento et les croiseurs Bouvine et Foudre, et des visites réciproques des équipages de ces navires. Plus officiel, le chef de l'Escadre Française, abritée dans le port de Toulon, invite le Capitaine du Sarmiento, et ses officiers, à bord du navire Amiral.

Détail intéressant, il est également mentionné, qu'à cette occasions, le Capitaine de la Sarmiento, El señor D. Onofre Betbeder prononça un discours, promouvant les arts, le commerce et l'agriculture de l'Argentine, dans un excellent français. Nous reviendrons plus loin sur ce détail.

Ensuite, le lendemain, l'équipage put visiter l'Arsenal Militaire de Toulon, considéré comme un des plus beaux et des plus modernes et performants du monde. " En él todo está previsto : es amplio, grandioso y con todos los perfeccionamientos modernos."

Il n'est pas mentionné de visite dans la ville. On peut supposer, les différents récits faisant état d'un fort coup de vent, que les équipages, pour l'essentiel, avaient été consignés à bord, comme il est d'usage, dans toutes les marines, dans ce genre de situation. Le 14 mars 1900, la frégate Sarmiento quittait Toulon, à destination de Barcelone.

Dernière source consultable et un peu plus explicite, l'ouvrage " La Fragata Escuela-Sarmiento alrededor del Mundo ", écrit en 1901, par Prudencio Plaza, médecin du bord pendant ce premier voyage. Il écrit (traduction) :

Après deux jours de navigation nous arrivons á Toulon, centre opérationnel de l’escadre française de la Méditerranée. Nous n’aurions que dire de particulier de ce port militaire, où se sont répétées nombre de visites de courtoisie. Nous avons visité les chantiers navals et autres organismes du gouvernement où se trouve en construction le croiseur de première classe, le « Jeanne d’Arc », et les installations de la compagnie Forges et Chantier, Fragata sarmiento où sont en phase d’être terminés, deux bateaux russes et un croiseur pour le Brésil. Dans ce port nous avons eu le plaisir d’avoir la visite de quelques argentins et avons reçu des télégrammes de félicitation concernant le voyage en cours, venant de compatriotes qui résident habituellement à Paris. C'est une particularité de tous les golfes, qu'il y règne du mauvais temps la plus grande partie de l’année, et le Golfe du Lion, que nous devions traverser en direction de Barcelone, est l'un des plus réputés par la violence du vent et de la mer qui s’y lèvent ; ce golfe a l'habitude d'être si redoutable, que quand les sémaphores de Toulon ou de Marseille annoncent du mauvais temps au large , les bateaux restent tranquillement au mouillage, sans qu’il ne vienne à l'idée de personne de leur reprocher leur prudence. Le jour de notre départ le temps n'était pas très « catholique » et dans la visite d'adieux que Monsieur le Commandant a fait à l'Amiral français á un bord du Bouvines, ce chef lui conseilla de naviguer près de la côte en cherchant le côté sous le vent, procédé très utilisé par les bateaux marchands dont les capitaines se trouvent contraints par les assurances et les armateurs, mais non pour un bateau comme le nôtre, qui venait de traverser les mers les plus redoutables du globe, s’en étant toujours fort bien sorti dans sa lutte avec les éléments. De plus, en suivant la corde de l'arc qui forme le golfe, nous raccourcissions la distance et nous aurions le vent pour naviguer à la voile, puisque venant par l'amure tribord. Durant le jour la brise s'est maintenue fraîche et a commencé á redoubler après la tombée de la nuit, augmentant toujours sa force jusqu'à se transformer en tempête déchaînée le jour suivant, pluie torrentielle, vent impétueux et grosse mer. La Méditerranée s’imposait ainsi à notre respect, et nous malmena pendant trois jours ... "

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento La presse française s'est fait écho du passage en Méditerranée de la Frégate Sarmiento, de la visite des officiers au Pape, à Rome, du passage à Toulon, et des réceptions à Barcelone.

Ci-dessus : Le Matin du 9 février, Le Journal des 27 février et 13 mars, Le Rappel du 18 mars, et le Journal des Débats du 27 mars 1900. Cliquez sur les imagettes pour lire les articles.

Fragata sarmiento

La frégate Sarmiento en rade de Toulon en 1900 - image histarmar.com.ar

Enfin et compte-tenu des dates, il est fort peu probable, que le moindre tango ait pu avoir été joué par la musique du bord, vu sa position officielle, le tango étant non encore accepté dans la bourgeoisie argentine. A fortiori, n'ont pu être joués, ni La Morocha, écrit à Noël 1905, ni El Choclo, composé, lui, aux alentours de 1903.

Fragata sarmiento4. Le 2ème voyage 1901-1902 - océan pacifique par le canal de Suez

Départ le 20 Février 1901 / retour le 13 Février 1902.

Ports touchés : Bahía Blanca - San Antonio - San José - Madryn - Cabo Raso - Tillí - Santa Cruz -Gallegos - Punta Arenas - Cabo Pilar (entrée dans le Pacifique) - Papeeté (Tahití) - Apia (Samoa) - Suva (Fidji) - Auckland - Wellington - Melbourne - Sidney - Brisbane -Thursday-Island - Timor - Macassar - Singapore - Pointe de Galle - Bombay - Aden -Massaua - Suez - Ismailía - Port Said - Alejandría.

De ce dernier port, la Sarmiento se dirigea vers Gibraltar pour transborder les Aspirants sur le vapeur italien "Sirio" et se diriger vers La Spezia pour embarquer du matériel de guerre.

 

Le 3ème voyage 1902-1903 - escales à Brest, Le Havre et Cherbourg

Fragata sarmiento Ci contre à gauche, figure la carte résumant toutes les escales en France et en Europe de la Frégate Sarmiento, entre 1900 et 1938. Cette carte nous a été aimablement communiquée par le conservateur du Museo ARA Fragata Sarmiento, El Señor Don Carlos Alberto Zaballa.

Elle figure en exposition, dans une vitrine sur le bateau même, où j'avais plusieurs fois de suite essayé de la photographier, sans succès à cause des reflets. Petite particularité, les numéros de voyage correspondent en gros au années pendant lesquelles, ils ont été effectués, avec un petit décalage de deux ans à partir de 1918, la Sarmiento étant en réparation et ayant été remplacée par le navire "El Pueyredon".

Ainsi, par exemple, le voyage 9 a été effectué en 1909, mais le 22, en 1924.

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Fragata sarmiento A droite, une des cartes visibles sur le site de référence de la marine argentine, http://www.histarmar.com.ar et signalant les ports touchés pendant ce périple.

C'est un voyage très important. La frégate Sarmiento va faire escale dans la majorité des ports d'Europe, de l'Espagne à la Russie (St Petersburg et Kronstadt) passant par le Portugal, l'Angleterre, La Suède (Oslo et Stockholm), le Danemark, La Lettonie (Riga), la Pologne (Stettin), l'Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique.

Fragata sarmiento Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento

cliquez sur les imagettes pour les agrandir    

L'Escale a Brest, arrivée le 14 Juin 1902, départ le 22

"Le 14 juin dernier, une fois le bateau ancré en rade de Brest, j'ai fait effectuer les visites de "libre pratique" par les autorités maritimes. "Dans ce port nous avons rencontré la Force Navale de l'Atlantique, composée d'une division de quatre cuirassés et de quatre garde-côtes, et comprenant les deux divisions de croiseurs détachées dans l'Île de la Martinique. Cette escadre se trouvait en la période préliminaire aux manœuvres qui devaient avoir lieu très prochainement; le plan général des manœuvres de cette année comprenait l'attaque et la défense du port de Cherbourg, en faisant entrer pour la première fois dans le jeu, des sous-marins au nombre de neuf. Ils devaient tester leur efficacité dans l'attaque de navires en mouvement; il n’a pas été possible d’obtenir les détails et des règles des simulacres, étant donné le grand mystère que dans ce pays on garde à l'égard des sous-marins, jusqu'au point de ne pas permettre la visite à nos aspirants aux ateliers où ils sont construits.Fragata sarmiento

Dans ce port nous chargeâmes 240 tonnes de charbon Cardiff, qui s’est avéré d'une très bonne qualité. "Ensuite Monsieur l’Amiral Rowston, Préfet Maritime du Département, m’ayant offert de me pourvoir en eau potable, j'ai accepté et en ai reçu deux cents tonnes. Au moment d’en effectuer le paiement l’Amiral nous a communiqué que cet approvisionnement était fait aux bateaux de guerre absolument gratuitement. J'ai remercié par note, cette attention, en le communiquant en même temps au Ministre Plénipotentiaire à Paris. Le jour précédant notre départ, le Vice-amiral, de Courthelles, de Chef de la Force Navale de l'Atlantique, nous a offert un déjeuner auquel était présent, le commandant en second, et le plus ancien des marins du navire. J'ai assisté en cette compagnie au discours officiels du banquet, durant lequel l’Amiral a porté un toast à Monsieur le président de la République Argentine et souhaitant prospérité à notre pays ; après lui avoir répondu j'ai porté un toast à son premier magistrat, à la France et à sa Marine. L'Amiral en Chef, de même que les deux Contre-amiraux, chefs de Division, se sont montrés très au courant de la capacité de notre pays. L'Amiral, Préfet Maritime, a eu la courtoisie de mettre la loge de la Préfecture à notre disposition pour l'une des représentation du théâtre local. "Durant tout mon séjour dans le port, l'attaché naval en France, le lieutenant de vaisseau Beascochea, a résidé à bord, en contribuant avec sa coopération intelligente, à l’accomplissement de mes obligations, ce que je me suis permis de porter à la connaissance de V. E. "

L'Escale au Havre, arrivée le 9 Octobre 1902, départ le 19

Pour qui sait lire entre les lignes, le compte-rendu de la première visite du Sarmiento a été rédigé de façon très protocolaire. Sans doute l'arrivée de la frégate, en plein préparatifs de manœuvres maritimes relativement secrètes avait été la cause d'une certaine froideur. Peut-être, également, les autorités françaises n'avaient pris conscience de l'importance de cet évènement.

La visite à bord du Tzar de Russie, survenue entre les escales de Brest et du Havre, grande marque d'intérêt et de respect pour le navire-école, a du également être pris en compte par les autorités françaises. Le Journal "Armée et Marine" a relaté  ces évènements, préparant ainsi la seconde escale française du navire, de retour de la Mer du Nord.

Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento

Ainsi l'escale du Havre a été perçue de façon très différente par le Capitaine de la Sarmiento. Ecoutons-le (traduction libre) :

"Lors de notre premier passage en France (Brest), nous avions, au début, été reçus un peu froidement, mais après avoir entamé diverses relations faisant suite aux visites officielles, cette façon de faire a changé très favorablement au bénéfice de nos relations, nous facilitant par tous les moyens la visite des établissements maritimes militaires, et finissant par un banquet à bord du "Formidable", au cours duquel tous les Amiraux étaient présents et durant lequel se sont échangés des toasts d'amitié internationale et de franche camaraderie.

Fragata sarmiento  Fragata sarmiento

Les deux sous-marins en exercice lors de l'escale de Brest - images histarmar.com.ar

Durant nos séjours au Havre, Paris et Cherbourg, j'ai été l’objet de manifestations de sympathie du peuple et du Gouvernement, lequel nous ayant fait une offre confidentielle à laquelle nous avons souscrit, et compte-tenu du fait qu’il n’y avait pas de sous-marins à flot à Cherbourg, en fit venir deux au port du Havre pour que nous fussions témoins de leurs exercices, attention que les autorités françaises n'ont eut avec aucun représentant d'aucune autre Nation. En Espagne et en France, le Gouvernement comme le peuple ont manifesté le désir de renforcer encore plus leurs relations amicales et cordiales avec notre pays."

Alors que la presse avait été relativement muette lors du passage à Brest (tout juste quelques lignes), elle va être beaucoup plus explicite à l'occasion de l'escale du Havre. Cliquez sur les images pour agrandir.

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Dans Le Figaro du 11 octobre 1902, sont relatées les festivités organisées la veille, et est  mentionné le nom du Chargé d'Affaires de la République Argentine, Monsieur Daniel Garcia Mansilla, éminent personnage dont nous reparlerons.

Y est signalée également la visite des officiers et élèves-officiers aux chantiers navals Augustin Normand, où se trouvaient, sur cale, des torpilleurs en construction.

Ont été évoqués, enfin, dans cette édition, la réception organisée à la Chambre de Commerce, les relations économiques et le contrat des entreprises françaises concernant le port de Rosario, et la présence des émigrés Basques en république Argentine.

Fragata sarmiento Fragata sarmientoDans le Journal des Débats, du 13 Octobre 1902, on découvre que le Capitaine de la Sarmiento, Mr Felix Dufourg serait d'origine française ...

On retrouve également le nom de Daniel Garcia Mansilla, présenté comme un fin lettré, qui va présenter les officiers et aspirants au Président de la République, Emile Loubet. En effet les officiers et aspirants vont être de voyage à Paris, et y assister à différents spectacles, théâtre, opéra, etc ...

Ce Journal annonce que sur 900 000 habitants, Buenos Aires compte 125 000 Français, chiffre optimiste qui serait à tempérer d'après d'autres sources.

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Il est mentionné  le nom d'un autre Mansilla, possédant, lui, le grade de Général.

On notera, que le Capitaine Dufourg, comme le Général Lucio V. Mansilla, s'expriment dans un français absolument parfait, mais qu'il en est également de même pour la majorité des Cadets, ceux-ci ayant fait leurs premières études à Paris.

Il était alors de coutume en Argentine, pour les familles aisées, d'envoyer leurs enfants à l'école, à Paris.

Le fait que l'ensemble des cadets parlent français, qu'ils aient vécus à Paris dans des familles d'accueil, et qu'il existait une forte colonie d'Argentins dans la capitale, sont autant d'éléments à prendre en considération, par la suite, dans les hypothèses qu'il nous faudra formuler, et concernant le rôle de la Fragata Sarmiento, dans la diffusion du Tango.

Fragata sarmiento

Carte postale collection D. Lescarret

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

Dans le Petit Parisien du 17 Octobre, on précise comment les cadets se sont rendus de Paris jusqu'au Havre, et l'organisation d'une "matinée", mot français signifiant "après-midi dansante", l'usage de ce mot ayant perduré pendant l'ensemble des voyages ultérieurs de la frégate. Enfin, pour apprécier l'importance de ces fêtes,  il est précisé qu'un train spécial amènera de Paris jusqu'au Havre, une grande partie de la colonie argentine.

Toujours dans les détails intéressants concernant le rôle d'ambassadeur du Sarmiento, et des musiques et danses associées aux festivités, on note dans Le Figaro du 18 Octobre 1902, que "de nombreuses jeunes filles de la haute société havraise, ont dansé avec les cadets argentins, pendant que jouait la musique du croiseur argentin".

Fragata sarmiento

La Banda du Sarmiento durant sont voyage de 1902 - image issue de « Los Viajes de la "Sarmiento" »

 La majorité de la presse reprend les mêmes informations : La Croix, Le Matin, Le Rappel, Le XIXe siècle, mentionnent ces évènements (documents à disposition sur demande), la "Revue diplomatique" insistant, elle, sur le rôle diplomatique de Daniel Garcia Mansilla.

Fragata sarmiento   Fragata sarmiento  Fragata sarmiento   Fragata sarmiento

Après une escale très riche en évènements et réceptions, ainsi qu'un voyage et une visite à la fois protocolaire et touristique à Paris, la Fragata Sarmiento, allait reprendre la mer, cette fois-ci pour Cherbourg. Le "Petit Parisien du 20 Octobre, souligne qu'au moment du départ, l'équipage était monté dans les haubans et que la musique de la Sarmiento avait joué la Marseillaise.

L'Escale a Cherbourg, arrivée le 19 Juin 1902, départ le 23

On apprend, d'après Le Figaro, qu'un bal est donné à bord, sans autre précision. On peut simplement en supposer le caractère mondain, et on notera l'éclairage " a giorno ", ce qui signifie "comme en plein jour ", qui illumina le navire.

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

On notera, également l'importance de la famille Mansilla, en découvrant l'existence d'un nouveau membre important, le troisième, Carlos Garcia Mansilla, consul argentin à Cherbourg.

5. Le 4ème voyage 1903

Départ le 25 mars, retour le 25 novembre : la «Sarmiento» touche les ports de Bahía au Brésil, Port Royal (Jamaïque, Mexico, Etats Unis et Canada. Retour direct sur Bahía Blanca.

Fragata sarmiento

Carte postale collection D. Lescarret

Le 5ème voyage 1904 - escale à Brest

C'est un voyage très important pour la frégate, même s'il n'est marqué que d'un seul passage en France : escales à Rio de Janeiro, New York, Portsmouth, New Castle, Wilhlemshaven, Amberes, Brest ... Plus que jamais la Fragata Sarmiento, outre son rôle de formation des cadets, est devenue un véritable Ambassadeur de l'Argentine.

Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento  Fragata sarmiento

cliquez sur les imagettes pour les agrandir

Fragata sarmiento  Fragata sarmiento

Image Museo Sarmiento photo D. Lescarret

La presse française cependant, ne se fait guère écho de ce passage (quelques lignes dans Le Rappel), et encore moins du voyage à Paris ... Pourtant les élèves officiers ont traversé la France pour aller visiter Le Creusot, et ont profité d'une permission de 24 heures, lors du transit par la capitale.

Fragata sarmiento   Fragata sarmiento   Fragata sarmiento   Fragata sarmiento

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

5. Les voyages 6 et 7 - les années 1905 et 1906

Le 6ème voyage, du 18 mars au 18 novembre 1905 emmena la Sarmiento faire le tour de l'Afrique, passer le canal de Suez, et toucher, en Méditerranée, les ports de Port Saïd (Egypte), Pula (Croatie), Venise, Malte, Bizerte (Tunisie), et Argel (Alger)

Fragata sarmiento

La frégata Sarmiento dans le canal de Mozambique - Image histarmar.com.ar

Le 7ème voyage, du 8 février au 30 novembre 1906, se fit essentiellement dans le Pacifique, touchant les ports de Honolulu, Shanghai, Kiau Cbau (Chine du nord), Wei Hai Wei (importante base navale du nord-est de la Chine), Chefú (détroit de Macau), Port Arthur (toujours la Chine, et lieu d'un affrontement avec la Russie deux ans auparavant), Dalny (Russie), Fusan (ou Busan, Corée du Sud, visitée par l'auteur de cette page, lors de ses périples maritimes), Nagasaki, Kure (près d'Hiroshima) et Yokohama, Sidney, Hobart (Tasmanie, Australie), Christchurc (Nouvelle Zélande) et retour par Ushaiau.

Fragata sarmiento

Image http://www.histarmar.com.ar/Armada%20Argentina/FragataSarmiento/Sarmiento-Viaje7.htm  

Il est intéressant d'observer, en prévision des chapitres suivants, que ce voyage commence le 6 février, soit un mois après l'écriture première du tango " La Morocha ", et que le navire n'a touché aucun port Européen ou Méditerranéen en cette même année 1906. Nous y reviendrons par la suite.

6. Le 8ème voyage du 3 mars au 30 décembre 1907 - escales à Brest, Bordeaux et Royan

Fragata sarmiento " Un lamentable accidente " titre l'ouvrage "Los Viajes de la Sarmiento" : en arrivant à Brest et s'étant trompé de bouée en s'amarrant, sur ordre de la Capitainerie du port, un changement d'amarrage fut ordonné. L'extrémité de la chaîne d'ancre qui devait être saisie sur la bouée, s'est détachée, et est tombée sur la chaloupe des lamaneurs (employé du port chargé d'amarrer les navires), touchant l'un deux à la tête. Transporté à bord, puis à l'Hôpital, il décéda le jour suivant.

Le journal Le Petit Parisien du 28 Juillet rapporte l'accident et mentionne le nom du marin vétéran décédé : Guichaoua, nom provenant du breton "guiz" et pouvant signifier "que l'on voit bien au combat".

Bien qu'il fut reconnu que l'équipage de la Sarmiento n'avait pas de responsabilité directe, le Capitaine fit remettre une somme de cinquante livres sterling à la veuve et aux deux enfants.

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento A gauche, le jeu de la sortija : cet exercice consiste, pour le gaucho lancé sur son cheval au grand galop, et debout sur ses étriers, à enfiler avec un stylet, un petit anneau suspendu à un portique.

Sur cette photo, on voit que le cheval est remplacé par un collègue marin, portant "le gaucho" sur son dos.

L'Exposition Maritime Internationale de Bordeaux

Partie de Brest à 16h30 le 28, la Frégate Sarmiento arrive le 30 à l'aube à Bordeaux. Du fait de son faible tirant d'eau le navire put aller s'amarrer au quai de la ville même, et entamer les visites officielles, dont celles, pleines d'attentions des responsables de l'exposition, dont le principal, le célèbre ingénieur naval, Bertin.

Parmi les fêtes officielles célébrées durant l'escale, on notera celle du Maire de la ville, celle organisée avec les deux croiseurs japonais présents ("Tsu-kuba" et "Chitose"), et un banquet avec le Préfet.

Le Capitaine de la Sarmiento note l'intérêt manifesté par les journaux de Paris et les termes élogieux qualifiant son navire.

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

Il est à noter, qu'outre un concert donné par l'orchestre de la Sarmiento, il est organisé une visite dans le Sauternais.

Fragata sarmiento Fragata sarmiento

Un épisode peu glorieux est mentionné par le journal La Lanterne du 7 Aout : un viol effectué par deux matelots de la frégate Sarmiento, sur un jeune homme de seize ans, dans un parc bordelais ...

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento

Fragata sarmiento

Photographie D. Lescarret

Départ pour Paris des officiers et des cadets :

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento Fragata sarmiento     Fragata sarmiento

Le contre-amiral Jose Moneta, ci-dessus en photo à droite, note :

Fragata sarmiento Fragata sarmiento " Le Ministre argentin El Señor Dr. Ernesto Bosh, avec qui j'étais en relation depuis que nous avions quitté Brest, m'a avisé ce jour, que le Président de la République, Monsieur Fallières, me recevra avec quelques officiers, le lundi 5 Aout, au Château de Rambouillet où il réside, et qu'il nous gardera à déjeuner.

A cet effet, je me suis rendu à Paris dans la nuit du 4 au 5 Aout avec le Capitaine de vaisseau Ballvé et les lieutenants de vaisseau Enrique Plate et Francisco de la Fuente, et de là nous fûmes accompagnés par le Ministre El Señor Bosh jusqu'à la résidence du Président, qui nous reçue de façon aimable et chaleureuse, comme il en avait informé le Ministre argentin, désirant nous recevoir de façon plus amicale qu'officielle. Au déjeuner, assistèrent, outre l'épouse et la fille du Président, le sous-secrétaire aux relations extérieures, le chef du protocole et quelques officiers de la garnison. Le soir nous avons assisté à un opéra dans la loge du Président, et sommes retournés à Bordeaux, le jour suivant. "

Fragata sarmiento Fragata sarmiento Le 10 Aout, comme il était prévu, le navire largua les amarres et quitta Bordeaux, pour se rendre à San Sebastian, en Espagne, mais au dernier moment, le chargé d'affaires avisa le commandant de la Sarmiento, qu'il ne pouvait arriver à San Sebastian, avant le 12. Ne pouvant rester à Bordeaux, pour un problème de tirant d'eau et de marée descendante, une escale fut improvisée le 11 à Royan, à l'embouchure de la Gironde.

Le navire y passa la nuit, sans rien de notable à signaler.

Par contre la visite faite au Roi d'Espagne, Alphonse XIII en son Palais de Miramar, quelques jours après, fut un évènement notable, les marins français de deux navires de guerre, le Gambetta et le Dupetit-Touars étant associés à l'évènement. Quelques jours plus tard, le Roi et la Reine d'Espagne se rendirent à bord de la Sarmiento, rendant ainsi hommage à son rôle d'ambassadeur de l'Argentine.

Fragata sarmiento

L'histoire n'est pas finie. S'il est maintenant établi que la Frégate Sarmiento, n'a pas touché Marseille en 1906, et n'y a pas amené le tango, peut-être l'a-t-elle amené ailleurs ... ou peut-être que sa participation à la diffusion de cette musique a été différente de celle proposée par les diverses légendes. La seconde page de cette étude se propose, outre la relation des évènements très particuliers et d'une haute importance, relatifs à l'inauguration de la statue en l'honneur du Général San Martin, à Boulogne sur mer, d'envisager d'autres hypothèses concernant le rôle occupé par la Fragata Presidente Sarmiento, dans l'histoire du tango.

La suite de l'histoire : Cliquez

Fragata sarmiento

Fragata sarmiento

Photographie D. Lescarret

 

Copyright 2016   Dominique LESCARRET

 

Retour haut de page

 

.